Articles de presse

Contes du Ciel à la Médiathèque de Pleurtuit le 06 mars 2018 – Ouest-France

Un silence émerveillé a nimbé les Contes du ciel

2018-03-06 CDC Pleurtuit OF

Stéphanie Le Fresne a offert, mardi, un pur moment de magie au public assemblé dans la médiathèque. Marionnettiste, conteuse, mime, elle a su mobiliser toutes les ressources de ses arts et de son grand livre d’images formant décor pour captiver, réellement, l’ensemble des spectateurs. Au point qu’elle-même s’est dite étonnée par le silence.

—————————————————-

Contes du Ciel à la Médiathèque de Pleurtuit le 06 mars 2018 – Ouest-France (annonce)

Les Contes du ciel s’ouvrent aux enfants petits

Photo castelet

Très scénique, en noir et blanc, Stéphanie Le Fresne joue de l’ombre et de la lumière, avec douceur et quelque mystère.

Stéphanie Le Fresne revient mardi à la médiathèque avec le grand livre-décor de ses Contes du ciel.

Marionnettiste depuis 1999, elle crée ce spectacle en 2012 pour le compte de L’Onn & Compagnie qui, depuis, est une habituée très demandée des scènes du spectacle enfants et, de ce fait, régulièrement présente à la médiathèque. Le public l’y avait déjà vue, en février, dans L’Arbre aux souvenirs. La revoici avec tout son univers merveilleux et poétique.

Les Contes du ciel s’adressent aux enfants de 2 à 7 ans, et plus si disponibilité… La magie du travail de cette artiste tient beaucoup à son élégante sobriété, au modelé de sa voix et de ses textes, mais aussi à la beauté de son décor.

De son grand livre d’images ouvert, Stéphanie Le Fresne raconte l’obscurité et la lumière, la lune les nuages, les petits hiboux… Elle fait aimer ce qui fait peur et ce qui fait tout doux, même dans la nuit profonde.

***

Le 6 mars, avec Les Contes du Ciel, L’Onn & Compagnie permet au public de retomber dans les charmes raffinés de ses astucieux castelets: marionnettes et théâtre d’ombres, diction claire et habit noir qui sied au velours de la voix, Stéphanie Le Fresne captive.

—————————————————-

Contes du Ciel à la Médiathèque de Pleurtuit le 06 mars 2018 – Télégramme

Spectacle. Les « Contes du ciel » ont séduit

Stéphanie et ses marionnettes se posent des questions sur la Lune… Les 35 enfants qui ont bravé la pluie pour venir à la médiathèque mardi après-midi ont été bien récompensés. Stéphanie, la marionnettiste de l’Onn compagnie, est venue de Redon pour leur offrir un joli spectacle intitulé « Contes du ciel » sur le thème des cycles de la Lune. Dans un décor très soigné, un vieux hibou raconte à son petit-fils l’histoire d’un nuage qui parcourt le monde à la recherche de la Lune alors qu’elle a disparu du ciel. Cette quête poétique en ombres chinoises, au son de la harpe, répond aux questions du petit hibou qui craignait que « les nuages aient mangé la Lune ». Les très jeunes spectateurs ont vécu ce beau moment dans une écoute attentive et un silence émerveillé. L’Onn compagnie travaille essentiellement pour les médiathèques, mais aussi pour les écoles et centres de loisirs.

—————————————————-

L’Arbre aux Souvenirs à la Médiathèque de Pleurtuit le 21 février 2017 – Ouest-France

Stéphanie Le Fresne a conté L’Arbre aux Souvenirs

2017-02-21 AS Pleurtuit OF

Entre les mains de la marionnettiste, Petite Pousse, qui a peur de grandir et de ne pas grandir, va finalement perdre Grande-Mamie et la garder dans son coeur.

Un véritable enchantement a saisi le public jeune et familial qui emplissait l’ancienne chapelle de la médiathèque, ce mardi après-midi. L’Onn & Cie donnait spectacle sur une simple table, aux pieds cachés d’un drap noir pour dérober à la vue les coulisses et les secrets.

Pour tout décor, une table, donc, sur laquelle sont posés un arbre dont chaque feuille est un souvenir; plus un kamishibaï, qui va également servir de théâtre d’ombres; et deux marionnettes, dites de table, mais très en vie, nommées Petite Pousse et Grande Mamie. Il est vrai que la comédienne Stéphanie Le Fresne, fondatrice de la compagnie, n’a nul besoin d’artifice pour imposer sa présence.

Grande dame de noir vêtue, la marionnettiste joue de sa voix douce, ferme, quasi hypnotique, pour poser d’emblée les conditions du spectacle, puis pour dérouler le fil d’une histoire portée par un texte important. Et le public de faire silence du début à la fin d’un voyage initiatique né de trois albums pour la jeunesse.

Il s’agissait de L’Arbre sans fin, de Claude Ponti; de Petite Pousse, de Didier Levy et Frédéric Benaglia, et de La Très Petite Zébuline, de Joëlle Jolivet et Véronique Ovaldé. Et, surtout, de L’Arbre aux Souvenirs, très envoûtant spectacle de Stéphanie Le Fresne.

—————————————————-